PIANO À QUEUE PLEYEL 1844

PLEYEL Queue époque Chopin 1844

Marque : PLEYEL
Modèle : Queue 1844
Taille  : L 202 cm – l 130 cm
Facture : Cordes parallèles, 3 cordes, cadre serrurier à 4 barres
Mécanique : Anglaise
Clavier : D0-sol, en ivoire et ébène d’origine
Ébénisterie : Placage en palissandre
Finition : Rempli ciré satiné
Style : Piano français, romantique CHOPIN
État actuel : D’époque, non jouable
Temps de restauration : En cours de restauration

Le PLEYEL de Charlotte, Baronne de ROTHSCHILD…

Piano à queue PLEYEL de 202 cm, en palissandre de l’époque F.CHOPIN 1844.

Ce PLEYEL à queue de l’époque romantique est un modèle unique riche avec une caisse en placage de palissandre qui ressemble à des écailles de tortue, avec les angles et couvercle sculptés et fausse table en palissandre. Clavier de Do-sol en ivoire et ébène d’origine, cordes parallèles avec un cadre serrurier à 4 barres sur le dessus de la table. Fermeture du couvercle en 3 points avec des fermoirs en bois massif sculptés.

Ce PLEYEL à queue est un modèle petit patron (PP), terminé le 6 septembre 1844, par l’égaliseur M. Prétôt, répertorié dans les archives de l’atelier comme suit :

 11225 piano à queue PP modèle D palissandre, coins sculptés, moulure unie. 
Archives La Cité de la Musique PARIS

L’histoire de ce PLEYEL à queue est entourée d’un grand mystère… Il s’insinue dès la lecture des archives PLEYEL, dans lesquelles le livre de vente où se trouve une série de quatre pianos « modèle Petit Patron » avec une croix écrite au crayon et n’indique pas précisément pour le piano 11225 si celui-ci a été envoyé, à l’instar d’autres du même modèle, « A la fabrique à l’inventaire « (A) ou » A la succursale, à l’inventaire « (B).

Le mystère se poursuit lorsqu’une nouvelle inscription, plus qu’énigmatique, du numéro 11225 apparaît dans l’inventaire annuel datant de juillet 1845 à juin 1846.

Entrées des pianos fabriqués entre le 1 juillet 1845 et le 30 juin 1846.
Sorties des pianos vendus entre le 1 juillet 1845 et le 30 juin 1846.

L’on peut y lire que ce piano a été vendu en août 1845 à « M. de Rothschild, Paris et Ferrières », mais que les références au mois de vente et à la commission ont été effacées.

1)Prix demandé – 2)Mois d’entrée dans le stock – 3)Destination du client – 4)Mois d’achat – 5)Prix définitif – 6)Commission éventuelle

De plus, l’annotation faite au nom « M. de Rothschild » y est souligné ou raturé, il est difficile d’en connaître l’intention exacte, et qu’un nom supplémentaire y est rajouté en dessous : « M. de Beleyme Paris », possible commisionneur. En outre, d’autres notations rares y sont ajoutées, telles que le prix demandé indiqué à deux reprises contre une seule pour le prix définitif.

Point rouge : informations effacées

Frédéric CHOPIN a probablement pu jouer quelques airs sur ce piano à queue unique !

Les éléments entretenant le mystère autour de l’histoire de ce piano sont ainsi en bon nombre, et l’on ne peut alors s’empêcher d’imaginer que Frédéric CHOPIN a probablement pu jouer quelques airs sur ce piano à queue unique, lors des fréquents cours qu’il donna à la baronne Charlotte de ROTHSCHILD au splendide château de Ferrières.

PLEYEL QUEUE PP 1844
previous arrow
next arrow
Shadow
Slider